Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 19:23
Partager cet article
Repost0
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 13:47

Nous avions déjà parlé des logements sociaux de Morphosis à Madrid. Voici un autre projet madrilain pour faire suite à ce que nous disions sur l'intelligentsia parisienne qui se limite à poser une envloppe sur un cadre et qui veut réduire ce qui relève du fragment urbain à une non-composition, alors qu'elle pompe allègrement le bâtiment qui suit dans ses projets genevois et continue de prétendre au travers du concept d'enveloppe que nos petits français n'ont pas tendance la la tendre sur un simple cadre qu'on nomme parallélipipède. Pourtant déjà le modernisme (que nous n'approuvons pas) avait plus de subtilité et savait comment casser un cube pour soit disant produire de l'espace (obsession corbuséenne), c'est mieux que de casser des brique à la sauce dialectique.

 

 


 

 

MVRDV_Blanca_Lleo_Celosia_Residence_1.jpg

 

L'agence d'architectes hollandaise MVRDV en collaboration avec l'architecte Madrilaine Blanca Lleó ont terminé un projet de logements sociaux à Madrid. Le gros bloc est divisé en trente petits blocs d'appartements décalés les uns par rapport aux autres afin de créer des patios communs dans tout le bâtiment où l'air et la lumière pénétrent. Ce bâtiment comprend 146 appartements en tout, dont la plupart ont une loggia. La façade est en béton recouvert de polyuréthane.

 

MVRDV_Blanca_Lleo_Celosia_Residence.png

 

MVRDV_Blanca_Lleo_Celosia_Residence_5.jpg

 

Les informations qui suivent suivantes sont données par MVRDV:
-
MVRDV avec Blanca Lleó complète Résidence Celosia, Madrid
A Madrid-Sanchinarro les premiers résidents reçu les clés de leurs appartements dans la résidence tout juste terminée de Celosia. Jacob van Rijs de MVRDV et Blanca Lleó ont terminé le bloc de logements sociaux à proximité de l'immeuble Mirador, qui est une collaboration antérieure. Le bloc perforé de Celosia rassemble 146 appartements, des zones communes en dehors du bâtiment, un parking et un équipement commercial dans le socle. La superficie totale est de 21.550 m2. Avec un coût de construction de 12,6 millions d'euros les appartements peuvent être vendus à des prix abordables. Le "bloc de ville" est ouvert et permet vent et la lumière de pénétrer dans le bâtiment, il offre des vues et des espaces extérieurs contrastées sur les environs. Le client est EMVS, la société de logement public de la ville de Madrid.

 

MVRDV_Blanca_Lleo_Celosia_Residence_6.jpg

 

Le volume donné du pâté de maisons a été divisé en 30 petits blocs d'appartements. Ces blocs sont placés dans un damier à côté et au-dessus de l'autre, laissant de larges ouvertures pour les patios communes dans tout le bâtiment. 146 appartements d'une, deux et trois chambres à coucher sont toutes accessibles via ces espaces communs. La plupart des appartements offrent davantage d'espace extérieur privé sous la forme d'une loggia derrière la porte d'entrée. Les habitants ont la possibilité de se réunir dans les patios de grande hauteur communes qui offrent des vues sur la ville et les montagnes et assurer une ventilation naturelle en été. Ouverture des portes avant relie les espaces privés extérieurs à la zone communautaire.

 

MVRDV_Blanca_Lleo_Celosia_Residence_7.jpg

 

La façade se revêt de béton depuis la chaussée jusqu'à constituer un système de moule complet, c'est une manière efficace et propre pour le béton coulé, en gardant le coût de la construction à son minimum, un atout important pour ce projet de logement social. Le revêtement en polyuréthane permet la façade de miroitement et de réfléchir en fonction de la condition de lumière.
Toutes les fenêtres sont à la hauteur du plafond au sol et peut être à l'abri du soleil. Chaque appartement dispose de la possibilité d'une ventilation transversale à travers deux ou trois façades et offre des vues à travers le bâtiment et les environs. Un système de chaudières de puissance efficace est utilisé dans le bâtiment, panneaux solaires sur le toit de chaleur de l'eau en réduisant la consommation d'énergie supplémentaires. Sous la construction d'un garage de stationnement sur deux niveaux offre 165 places de stationnement. Le rez de chaussée offre un espace pour 6 unités individuelles au détail.

Le bâtiment voisin Mirador a été achevée par MVRDV et Blanca Lleó en 2005 discute aussi le bloc de construction traditionnelle en mettant en position verticale. Le bâtiment Celosia est disposé horizontalement autour de la cour intérieure, mais s'oppose à l'architecture générique introverti dans la région en apportant la lumière et l'espace communal dans le bâtiment permettant à un mode de vie peut-être plus extraverti espagnol comme chaque appartement s'ouvre sur une petite place.

 

Quelque Images de l'immeuble Miradordont nous avions déjà parlé ici :

 

MVRDV_Blanca_Lleo_Mirador_Building_Madrid.jpg

 

MVRDV_Blanca_Lleo_Mirador_Building_Madrid_2.jpg

 

MVRDV_Blanca_Lleo_Mirador_Building_Madrid_3.jpg

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 10:00

Voilà un intéressant projet de logement que je qualifierait de réussi quant à la diversité des ambiances qu'il met en oeuvre on est loin des parallélipipède des grosses agences qui tendent une envelopppe sur un cadre, chose assez basique que ne se permettait même pas le mouvement moderne.

Fina_Jakob_C'e'st l'immmeuble-terrasse (Terrassenhaus "Die Bremer Stadtmusikanten", Tokiostrasse 6 à Vienne). Harrari le Viennois n'en serait que rejouit.

 

 

Fina_Jakob_immmeuble_Terrasse_Die_Bremer_Stadtmusikanten_To.jpg

 

Fina_Jakob_immmeuble_Terrasse_Die_Bremer_Stadtmusi-copie-2.jpg

 

Fina_Jakob_immmeuble_Terrasse_Die_Bremer_Stadtmusi-copie-3.jpg

 

Fina Jakob immmeuble Terrasse Die Bremer Stadtmusi-copie-1

 

 

 

Fina_Jakob_immmeuble_Terrasse_Die_Bremer_Stadtmusi-copie-4.jpg

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 16:50

Kahn's Exeter Short Film from Alex Roman on Vimeo.

 

CG Shortfilm about Louis Kahn's Phillips Exeter Academy Library. Footage from "The Third & The Seventh" project for illustrating Mundos Digitales 2009 conference. Done with 3dsmax, Vray, AE and Premiere. Main theme soundtrack it's The Divine Comedy's "Laika's Theme" fro...m "Absent Friends" album.

Partager cet article
Repost0
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 22:05
Il existe toute une série de plans de mordenisation des hôpitaux en France sur lesquels surfent un certain nombre d'agence d'architecture

1er Plan
Institut Mutualiste Montsouris (PSPH) 1999
Hôpital Européen Georges Pompidou (public – AP-HP) début 2000
Hôpital Saint Joseph Saint Luc (PSPH) 2002 (technique)
Centre Hospitalier Pierre Bérégovoy de Nevers (public) 2002 (Aart Farah) urgences * p.152
Hôpital Privé d’Antony (privé) fin 2002 (François Gachet)
Nouvelles Cliniques Nantaises et Centre Catherine de Sienne (privé) 2003

Plan hôpital 2007
CH d'Arras (public) 2004-2006 (Groupe 6) *
CH d’Annecy (public) 2006 (Reichen et Robert) *
CH de Saintes (public) 2006 (Michel Beauvais) *
CHI de Toulon (public) 2009-2011 (Brunet Saunier)) *
CH de Douai (public) - A vOIR ABOLUMENT même si les photos n'en rendent pas bien compte
GH Diaconesses-Croix Saint Simon (PSPH) 2009 (Wilmotte et asociés) *
Hôpital Pasteur du CHU de Nice 2009-2011 (Reichen et Robert) *
Hôpital Jean Verdier de Bondy – AP-HP(en cours de réorganisation interne en pôles)
Hôpital civil de Strasbourg (public) 2004-2007 (Claude Vasconi)

Plan hôpital 2010
CHR de Metz-Thionville 2008-2011 (Aart-Farah)
CH William Morey 2011 (Brunet Saunier) principe du monospace
Hôpital d'Annemasse-Bonneville (public) (Groupe 6) voir la vidéo du concours

Plan Hôpital 2012
CH d'Argenteuil (public) 2010-2012 (Brunet-Saunier)
CH d'Aulnay-sous-Bois
Maternité de Metz (Demathieu)

D'autrres éléments à venir

* voir cette documentation
Partager cet article
Repost0
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 17:29
Ce projet combine un espace d'exposition interactive axée sur la durabilité de l'eau et un pont piétonnier à fonctionner comme passerelle pour l'Expo Zaragoza 2008. Le pont est construit sur 2 niveaux, avec des allées et l'espace d'affichage. La structure est en grande partie visibles, en y joignant des espaces d'exposition, et offrant des connexions directes visuel avec le fleuve, tout en teintes sont également du soleil. Elle repose sur les rives du fleuve Ebre et un îlot central dans ses eaux. Il a une forme organique qui sillonne et ressemble à un glaïeul d'ouverture et de clôture comme un élément naturel. Le terrain Expo est appelé le Meandro de Ranillas, une grande zone de terrains agricoles au nord-ouest du centre-ville, créé par le bassin du fleuve Ebre, qui forme une barrière naturelle entre la ville de Saragosse et les zones agricoles fertiles, sur les rives de la rivière.







photos Franco Guerra
Partager cet article
Repost0
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 15:16
Le concept.



La conception des plans a débuté au printemps 2002. Travaux de rénovation essentiels a commencé en 2004. Le nouveau concept envisagé une augmentation significative de la taille du musée afin de refléter l'importance de l'entreprise en tant qu'acteur mondial et l'augmentation continuelle de la gamme de produits. Tout d'abord, le bol du musée existant a été relié avec le bâtiment adjacent à faible augmentation de la surface au sol d'exposition de 1000 à 5000 m². Cette expansion permet au musée de nouveaux complexes d'offrir un espace suffisant pour la présentation de quelque 120 expositions.

© stankovic

Le concept est basé sur une idée de l'architecte Karl Schwanzer qui a créé le Musée d'origine BMW en 1973. Il a défini la structure interne de ce bâtiment de forme circulaire comme une continuation de la route dans un espace clos. Cette idée a été exprimée comme un développement et une réinterprétation contemporaine dans le bâtiment à faible voisins englobant la vision d'une route "dans l'espace clos comme un principe d'architecture dynamique».

© Adam Welber

Analogue à la structure de l'édifice circulaire, où des plates-formes sont positionnées le long de la route pour émuler les places, les espaces d'exposition dans le bâtiment à faible adjacents sont également configuré sur une rampe que le parcours de visite central. Toutefois, la profondeur de la synthèse dynamique des éléments architecturaux, des rampes et des maisons d'expositions varie.




Sept halls d'exposition ont été construits dans le bâtiment du bas. A chacun des halls, a été donné une identité "individuelle" développée sur la base de thèmes. Cette apparence individuelle crée un contexte pour les expositions et fournit un ensemble de points de référence le long de la route à travers le musée qui mesure environ 1000 mètres de longueur. L'itinéraire de la visite a été conçu avec pas de carrefours et prend le visiteur à l'ensemble des 25 zones d'exposition.

© Schwiemonster
Partager cet article
Repost0
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 13:57

Et non il n'y a pas que MVRDV à pratiquer l'architecture container (architecture des Empires maritimes), Les Dannois de BIG bien inspirés des livres ont recyclé une invention danoise dont les droits d'auteur touchent à leur fin : Le LEGO que tout digne héritier de Wright doit avoir manipuler dans son enfance. Petite vidéo accélérée de la construction de la Transit City. Ceci n'est qu'une variante du style Hollandais, c'est poruqoi nous l'y mettons, les dannois aussi aurait perdu leur audace raisonée, la direction.







Partager cet article
Repost0
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 00:44


Vous retrouverez ici notamment le projet du Market Hall Rotterdam avec une animation en 3D de Wieland & Gouwens.
Partager cet article
Repost0
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 15:57

Une nouvelle oeuvre de la « culture de la congestion » ou hollandisme a fait son apparition dans le ciel de Madrid. Il s'agit de l'immeuble résidentiel Mirador, la dernière réflexion du groupe hollandais MVRDV sur la densité et la vie contemporaine. Le Mirador se dresse à Sanchinarro, sur un site inutilisé de la banlieue nord-est de Madrid, dans une zone en pleine expansion délimitée par les bretelles de l'autoroute et destinée à devenir un nouveau quartier résidentiel. Il fait partie du programme promu par l'Ayuntamiento (la mairie) de Madrid qui vise à requalifier les faubourgs victimes de l'urbanisme le plus sauvage. La troisième ville européenne pour le nombre d'habitants s'est en effet étendue suite aux spéculations immobilières, sans un plan cohérent et, surtout, sans se soucier de la qualité architecturale et des conditions de vie des quartiers. C'est pourquoi de nombreux architectes madrilènes ont été appelés en 2001 à élaborer, en collaboration avec les grandes agences d'architecture internationales, des propositions pour des édifices résidentiels pouvant répondre à la demande de logements de plus en plus variée et croissante et en mesure de devenir un point de référence pour l'ensemble de la ville.


Le projet sélectionné pour Sanchinarro a été celui mis au point par Blanca Lleó et MVRDV. Ces derniers ont proposé un bâtiment de 22 étages qui brise l'uniformité et la banalité des pâtés de maisons fermés, avec les édifices typiques de la banlieue madrilène ayant au maximum six étages.
Le Mirador se dissocie de la logique du gratte-ciel ou de l'édifice résidentiel rationaliste, caractérisés par la répétition monotone des unités d'habitation de base, pour proposer une composition plus articulée et complexe.
Il adopte les valeurs incontestables de l'espace habitable : maximum de place et de lumière naturelle, confort adéquat et vue panoramique. Il occupe une surface de 25 393 m² et abrite une grande variété de types d'habitations afin de regrouper des groupes sociaux et des styles de vie différents en un seul lieu.

Les 165 appartements sont divisés par type en 9 petits édifices qui s'articulent autour du grand vide central de la terrasse panoramique et sont reliés par un système de circulation continu. Les zones d'accès ont été conçues comme une série de petites routes verticales qui se transforment le long du parcours, en soulignant ainsi la diversité des différents blocs résidentiels et leur organisation en «mini quartiers». Le but est celui de proposer un système d'appartements flexibles, pouvant s'adapter à l'identité que chaque habitant veut donner à son intérieur, et prêt à se transformer en fonction de la demande. Cette hétérogénéité typologique ressort dans les façades grâce à la modulation et à la position des ouvertures et à la variété des matériaux, des textures et des coloris du revêtement. Les dalles de pierre, les tesselles de mosaïque et le ciment déclinés dans les nuances du gris, du noir et du blanc soulignent les différents blocs, tandis que les zones destinées à la circulation se distinguent clairement car elles sont d'un bel orange vif.

Deux solutions ont été adoptées pour créer des espaces communs: d'un côté le développement en hauteur de l'édifice a permis de laisser une bonne partie du lot libre, en contribuant à la création des espaces publics requis par la ville contemporaine. De l'autre, le grand espace collectif du belvédère, situé au douzième étage de l'édifice, est un site de rencontre important, aussi bien pour les habitants du complexe que pour les visiteurs attirés par le panorama splendide sur la sierra de Guadarrama. Le projet prévoit en effet un grand escalier roulant qui permet d'accéder directement à la terrasse de la place située devant l'édifice. L'architecture domestique s'ouvre ainsi au contexte en devenant un nouvel élément où socialiser mais aussi le symbole de la renaissance de la banlieue madrilène.

Détourné et hybridé de Materia n° 47
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : L'archi.blog du Cazals
  • : Le blog d'architecture du Cazals
  • Contact

Profil

  • Le Cazals
  • Architecture et urbansisme sous l'angle de l'innovation et de la complexité. Le blog d'architecture d'A. Le Cazals
  • Architecture et urbansisme sous l'angle de l'innovation et de la complexité. Le blog d'architecture d'A. Le Cazals

.

L'archi.blog du Cazals>
accueil oeuvres  |  liste d'archi  |  style theorie  |  urbanisme  |   abonnement

Recherche